Catégories
Super Nes Mini VS Sega Mégadrive Flashback HD

Super Nes Mini VS Sega Mégadrive Flashback HD

Surfant sur la vague rétro déjà bien exploitée par Nintendo, la société ATgames a décidé de ressortir une nouvelle version de la fameuse Sega Méga Drive, en décembre 2017. Pour la petite histoire, Atgames possède les droits de Sega et a déjà commercialisé de nombreuses rééditions de la console, que ce soit en version portable ou de salon. Malheureusement, les produits Atgames ne sont pas réputés pour être de bonne qualité et ne jouissent pas d’une très bonne réputation. Qu’en est-il de cette nouvelle version appelée « Sega Méga Drive Flashback HD » et que vaut-elle comparée à sa concurrente plus ou moins directe, la Super Nes Mini commercialisée par Nintendo ? Je vous propose de le découvrir dans le test qui suit.

 Design et packaging :


Personnellement, je trouve la boîte de la Méga Drive plus attractive que celle de la SNES. La couleur est sympa, même si j’avais préféré un style plus « rétro ». On peut lire qu’elle contient 85 jeux pré-installés, contre 21 pour sa rivale. Pour le coup, on pourrait penser que la Méga Drive est plus avantageuse, mais nous reviendrons plus tard sur les catalogues de jeux proposés.  Avantage certain pour la Sega, il est écrit que la plupart des anciennes cartouches de jeux fonctionnent sur la console ! Un gros plus pour les nostalgiques qui auraient envie de ressortir leur vieille collection du placard et qui ne possèdent plus la machine. Du côté de Nintendo, la boîte est sympa aussi et c’est surtout l’arrière qui donne envie, grâce à la palette de jeux proposés. En revanche, on peut lire en rouge que l’adaptateur secteur n’est pas fourni et que Nintendo n’est pas en mesure d’en recommander un plus qu’un autre… Un peu fort de la part du Big N, qui ne fournit déjà plus d’adaptateur avec sa console 3DS depuis quelques années. Heureusement, il vous suffira d’utiliser le chargeur de votre téléphone portable pour résoudre rapidement ce léger problème.  Il est maintenant temps d’ouvrir ces boîtes et de voir ce qu’elles contiennent vraiment.

Je commence avec la SNES, car elle est vraiment surprenante. L’objet est minuscule mais imite à la perfection la SNES de mon enfance, qui fût aussi ma première console. Le plastique est de qualité et la machine à l’air solide malgré sa taille. Seule différence, un petit cache à l’avant qu’il faut enlever pour brancher les manettes. Eh oui, les manettes ont des câbles et sont absolument identiques aux originales. Malheureusement, les câbles sont un peu courts mais il est évidemment possible d’acheter des rallonges… Elle est vraiment belle cette console et il me tarde de l’essayer.

Côté Sega, c’est déjà moins l’extase, sans être non plus la déception. La console est bien plus belle que ses grandes sœurs de chez ATgames et on sent qu’ils ont voulu relever le niveau. Le design se rapproche fortement de la console originale mais certains détails sont flagrants. Par exemple, il manque le bouton du volume des écouteurs sur le côté. Alors je sais, il n’aurait servi à rien. Mais Nintendo a pris soin de mettre son bouton « Eject » sur sa SNES mini (qui ne sert à rien non plus) et je pense que la différence est là : La SNES mini est une réplique exacte de la console originale alors que la Sega est plutôt une réplique approximative. De plus, le logo ATgames planté en plein milieu de la console fait plutôt tache. J’ajouterai que le plastique est de bien moins bonne qualité que celui de sa rivale et la console fait plus « cheap ». En revanche, bonne surprise au niveau des ports manettes qui vous offre la possibilité de jouer avec vos vieux pads usés d’il y’a 25 ans.

Les manettes fournies avec la Sega sont des manettes sans fils qui fonctionnent à piles. Elles ressemblent à un mix entre les manettes d’origines et les manettes de la Sega Saturne (sortie après la Méga Drive). Je trouve dommage de revenir à un système à piles. De plus, pour changer les piles, il vous faudra à chaque fois dévisser le cache de la manette à l’aide d’un petit tournevis. Du jamais vu dans l’histoire des consoles. Cependant, comme dit plus haut, vous pouvez toujours vous servir de vos vieilles manettes si bien sûr vous les avez gardées. Bon, on les branche ? 


Interface et émulation :

Côté émulation, ATgames a fait de gros progrès en proposant cette fois une version 60Hz de sa console. Le tout est bien plus fluide qu’avant et sans ralentissements. On pourra cependant noter, parfois, un très léger décalage sonore sur les jeux rapides comme Sonic par exemple. Visuellement le rendu est plus que correct, même si on n’est pas encore au niveau de la Méga Drive d’origine. On se rend compte que beaucoup de jeux ont assez mal vieilli. Au niveau de l’interface, je trouve que c’est vraiment la catastrophe. Le menu est moche est très vieillot. De plus, il est difficile d’y naviguer car il n’est pas du tout instinctif. Il faudra plusieurs minutes pour la prise en main. Côté option, on se rend compte qu’il est possible de lisser l’image du jeu, de faire plusieurs sauvegardes et de revenir en arrière dans la partie à l’aide de la touche « rewind ». Des options sympathiques, dommage que la prise en main soit si compliquée. Je n’ai par contre eu aucun problème pour émuler mes vieilles cartouches de jeux qui dormaient dans ma ludothèque, ça fait plaisir !


Chez Nintendo on n’est pas loin de la perfection. L’émulation est si parfaite qu’on a réellement l’impression de jouer à la Super Nes, avec une belle image en prime. La qualité des manettes y est aussi pour beaucoup, c’est impressionnant !

L’interface est quant à elle super jolie et colorée. Une petite musique de fond vous accompagne et on rentre directement dans l’univers de Nintendo. Tout est fluide est accessible facilement. Il est possible de modifier le rendu de l’image de diverses façons et d’ajouter des décors pour personnaliser chaque expérience de jeux. Vous  pouvez aussi sauvegarder vos parties comme sur la Mégadrive, mais encore une fois, de manière bien plus instinctive. En bref, la grande classe!


Les catalogues de jeux :

Même si Sega propose 85 jeux pré-installés sur sa console contre 21 pour la Nintendo, j’ai une large préférence pour le catalogue de la SNES mini. En effet là où Sega a privilégié la quantité, on peut vraiment dire que Nintendo s’est focalisé sur la qualité. Les Mario World, Zelda, Metroid, Donkey Kong, Street Fighter, etc… Chaque titre est un titre d’exception qui a fait les beaux jours de la console durant de nombreuses années à l’époque. De plus, Super Mario RPG et Starfox 2 qui ne sont jamais sortis en Europe, sont enfin disponibles sur cette console.

Chez Sega, on retrouve quand même quelques titres sympas  comme les Sonic, la saga Golden Axe, Mortal Kombat, Alex Kid, Columns et d’autres. Mais sur les 85 titres, la moitié est à jeter et aurait aisément pu être remplacée par de nombreux titres manquants. J’espère vraiment que vous avez gardé vos vieilles cartouches. Petit bonus assez cool, des jeux de la Sega Game Gear et de la Master System ont été intégrés à la console.


Conclusion :

Atgames propose un produit plus abouti que d’habitude mais pas encore dans la lignée de cette Super Nes Mini qui est vraiment un produit exceptionnel. Si vous êtes collectionneur, n’hésitez pas à vous procurer ce petit objet qui ne devrait pas rester longtemps sur le marché et qui saura vous satisfaire. Cependant, si vous êtes un nostalgique de la Méga Drive et que vous possédez encore quelques cartouches à la cave, la Méga Drive Flashback est faite pour vous. Elle est parfaite pour un bon moment de nostalgie seul ou entre amis. En revanche, si vous êtes un collectionneur, il vous faudra peut-être attendre que Sega se décide à prendre les choses en mains en rééditant eux-mêmes leur console. En attendant, vous pouvez toujours vous rabattre sur les nombreuses compilations de jeux Sega sorties ces différentes années sur de nombreuses consoles. Je pense notamment à l’excellent « Sega Mega Drive Ultimate Collection » sur PS3  ou « Sonic Mega Collection » sur Gamecube pour ne citer qu’eux.

 

 


ARTICLES SIMILAIRES


Partagez-moi


TAGS

Nintendo retro retrogaming sega

Julien Blunier