Catégories
Pokémon Let's Go • Le Test
4.2
Star Star Star Star Star-off
SCENARIO 4.5
DUREE DE VIE 4.0
GRAPHISMES 4.0
GAMEPLAY 4.5
BANDE SON 4.5
SCENARIO 4.0
DUREE DE VIE 3.5
GRAPHISMES 4.0
GAMEPLAY 4.5
BANDE SON 4.5

Pokémon Let's Go • Le Test

Pokémon Let's Go • Le Test

Informations techniques

Type RPG
Editeur Nintendo / Gamefreak
Age/PEGI 7
Multijoueurs 2 joueurs
Sortie 16 Novembre
Plate-forme Nintendo Switch
Testé sur Nintendo Switch
Type RPG
Editeur GAME FREAK
Age/PEGI 7
Multijoueurs Simultané
Sortie 16 novembre 2018
Plate-forme Nintendo Switch
Testé sur Nintendo Switch (Version Pikachu)

Intro

Après avoir tant fait parler d’eux, les nouveaux jeux Pokémon pour la Nintendo Switch sont enfin arrivés ! Ces nouvelles versions sont des Spin-off, et ne font donc pas partie de la série principale. Elles en sont quand même bien plus proches qu’un Pokémon donjon mystère ou un autre jeu dérivé, puisque se sont aussi des remakes de Pokémon version jaune, sorti  en 2000 en Europe.

 


Pikachu ou Evoli ?

Une fois n’est pas coutume, Nintendo et Gamefreak vous proposent à nouveau 2 versions différentes pour un même jeu. Cette fois si, vous aurez le choix entre une version « Pikachu » et une version « Evoli ». Votre Pokémon de départ dépendra évidemment de la version que vous aurez choisie. Comme d’habitude, certains Pokémon seront exclusifs à la version, et vous ne pourrez compléter le Pokédex qu’en échangeant avec vos amis possédant l’autre jeu.  Sinon, il n’y a pas de différence dans le déroulement de l’histoire. Que vous choisissiez Pikachu ou Evoli, il ne sera pas possible de le faire évoluer et il vous accompagnera tout au long de l’aventure, en restant sur votre épaule. Même si le Pokémon ne vous quitte pas, il sera tout de même possible de le déposer dans la boîte, pour le sortir de l’équipe.

 


L’histoire

Bienvenue à Kanto, première région connue de l’univers Pokémon et berceau de la génération 1.Il y’a 25 ans, les premiers joueurs découvraient cette région au travers des aventures de Red et Blue, dans Pokémon Rouge et Bleu sur Game Boy.

2 ans plus tard sortait Pokémon Jaune, une version se déroulant dans la même région, mais plus proche de l’animé et de l’histoire de Sacha. Dans cette version, vous receviez un Pikachu comme Pokémon de départ, et votre rival recevait un Evoli. Le Pokémon refusait de rentrer dans sa Pokéball et vous suivait tout au long du jeu, exactement comme dans ces nouvelles versions.

Toutefois, l’histoire à l’air de se dérouler dans un univers parallèle. Certains des événements des anciennes versions se sont déjà déroulés, mais la trame principale reste inchangée. Vous incarnez un jeune dresseur de Bourg Palette, qui doit choisir son premier Pokémon chez le célèbre professeur Chen. Toutefois, le destin en décide autrement et vous force à adopter un Pikachu (ou un Evoli selon votre version). Le hasard fait plutôt bien les choses, puisque ce Pokémon s’avère être exceptionnel en tout point. Il peut apprendre des capacités uniques et possède des I.V. parfaits. Le professeur trouve sa tellement cool qu’il vous offre un Pokédex avec la mission de le compléter. Coïncidence, vous pensiez justement partir à la conquête de la ligue Pokémon pour devenir un maître. Accompagné de votre nouvel ami, vous voilà libre d’explorer et d’aller capturer tous les Pokémon de la mythique région de Kanto. Vous pourrez compter sur votre rival et la Team Rocket, ainsi que sur de nombreux autres dresseurs, pour essayer de vous barrer la route. Mais rien ne peut vous arrêter, vous êtes le meilleur dresseur !

 

Le jeu

Au premier regard, rien ne semble beaucoup différencier Pokémon Let’s Go d’un autre jeu de la série principale. Les graphismes sont bien plus beaux que sur Nintendo 3DS et les créatures sont particulièrement bien modélisées. On est content de retrouver la bonne vieille région de Kanto, en haute définition, avec plein de nouveaux détails et de petits clins d’œil. Toutefois, les graphismes sont loin d’égaler ceux du dernier Zelda par exemple. Le jeu s’inscrit dans un style « portable » qui colle très bien à la série.


La grande nouveauté et que vous n’aurez plus besoin de vous balader dans les zones de capture pour rencontrer aléatoirement un Pokémon. En effet, les créatures sont désormais visibles, et il vous suffira de vous diriger sur celles de votre choix pour déclencher une phase de capture. Ces phases s’inspirent du célèbre jeu sur portable, Pokémon GO. Plus besoin de blesser le Pokémon pour pouvoir l’attraper. Comme dans Pokémon GO, il faut viser la créature et lancer la Ball avec le bon timing pour augmenter les chances de capture. Des objets peuvent aussi vous faciliter les choses. Si vous jouez en mode portable, la capture se fait à l’aide des touches et du capteur gyroscopique. Si vous jouez en mode salon, vous devez utiliser le Joy-Con (ou la manette spéciale Pokéball) pour simuler un lancée de Ball. Dommage, il n’est pas possible de jouer avec la manette pro. Pourtant, je dois dire qu’on s’habitue assez vite au mode salon, même si la prise en main est plus compliquée. L’avantage, c’est que les captures réalisées avec le Joy-Con rapportent plus d’XP. Petit détail important, il faudra quand même vaincre certains Pokémon puissants, avant de pouvoir rentrer en phase de capture et les attraper. Alors comment faire monter ses Pokémon si on ne peut plus se battre contre des Pokémon sauvages ? Et bien il suffit d’attraper les Pokémon que vous rencontrez dans la nature. En effet, chaque créature attrapée rapporte de l’expérience à toute votre équipe, un peu comme si vous possédiez un Multi.Exp. dès le départ. De plus, il est possible de réaliser des combos de capture. Chaque même Pokémon attrapé à la suite constitue une chaîne qui vous rapporte de plus en plus d’expérience. Certains facteurs comme la taille du Pokémon ou la qualité du lancer  influencent aussi le nombre de points gagnés. Pour finir, plus la chaîne est longue, plus vous avez de la chance de tomber sur des Pokémon aux I.V. parfaits ou chromatiques.


Il est donc conseillé d’attraper un maximum de Pokémon durant l’aventure pour X.P. correctement votre équipe. Vous pouvez ensuite envoyer votre trop-plein de Pokémon au professeur Chen, qui vous donnera divers bonbons en retour. Ces bonbons vous permettront aussi d’augmenter les statistiques de vos Pokémon.

Même si j’étais septique à la base, je trouve finalement que ces phases de capture sont l’un des points forts du jeu. Quel plaisir de ne plus tomber aléatoirement sur un Pokémon toute les 10 secondes lorsqu’on traverse une caverne par exemple. En plus, les créatures apparentes et en mouvements rendent le jeu bien plus vivant.

Hors-mis le fait étrange que les talents des Pokémon aient disparu, les phases de combat n’ont absolument pas changées. On notera tout de même la disparition des objets à tenir.  Les nostalgiques auront le plaisir de retrouver tous les dresseurs connus de la première génération, avec une surprise en prime. Les combats sont rapides et dynamiques, alors que les phases de déplacements subissent parfois quelques ralentissements. Mais un patch devrait venir rapidement corriger ceci.

Les musiques sont les mêmes que les originales en version remixée. Encore une fois, les anciens devraient verser une larme.

Il vous faudra environ 20 heures pour finir la ligue et comme d’habitude, bien plus pour obtenir au moins les 150 Pokémon du jeu. Vous obtiendrez ensuite le charme chroma, qui vous aidera dans la chasse aux chromatiques.

 


Les Pokémon

Il y’a 138 Pokémon dont 12 exclusifs dans chaque version. Il vous sera donc impossible de compléter le Pokédex avec une seule version. De plus, Mew n’est pour l’instant disponible qu’en achetant la manette Pokéball, et Méltan ne s’obtient que dans Pokémon GO. En effet, il vous sera possible de lier votre compte Pokémon GO avec votre Switch pour y transférer vos Pokémon de la première génération. Bonne surprise, vous pourrez aussi y transférer les formes d’Alola. Attention Spoil, les Méga-Evolution seront aussi disponibles à la fin du jeu. J’ai failli oublier de préciser qu’en dehors de votre starter, vous pourrez choisir un Pokémon de votre équipe pour vous suivre. Celui-ci pourra trouver des objets et interagir avec l’environnement. Vous pourrez même vous promener sur les plus gros. Heureusement, car la bicyclette a disparu. Les techniques secrètes ont aussi disparu, et c’est votre starter qui s’occupera de vous faciliter la vie de manière bien fun que je vous laisserai découvrir.

 


Le mode 2 joueur

Grande première dans Pokémon, il est possible de jouer à 2 en coopérations. Un autre jouer peut prendre un Joy-Con et vous aider dans votre quête. Malheureusement, le deuxième joueur ne peut pas interagir avec l’environnement et ne sert qu’à vous  épauler lors des phases de capture et de combat. Ce qui est bizarre, c’est que la stratégie de l’adversaire n’est pas modifiée, et on se retrouve dans des combats 2 VS 1. Le jeu devient beaucoup trop facile et perd de son intérêt. Une bonne idée, mais mal exploitée…

 


Le mode en ligne

Comme dit plus haut, pas de GTS dans Pokémon Let’s Go. Vous ne pourrez donc échanger qu’avec des gens que vous connaissez. Pas de combat, ni de compétition en ligne non plus. C’est bien dommage car tous les gens qui jouent à Pokémon pour l’aspect stratégie risquent de passer à côté de ce jeu qui est quand même très bon. Nintendo a sûrement pris cette décision pour ne pas faire de l’ombre au futur jeu de la série qui devrait sortir en 2019.

 


En bref

Encore un excellent jeu Pokémon même s’il sort un peu des sentiers battus avec son mode de capture à la Pokémon GO. Introduite avec subtilité, la méthode de capture mobile risque de plaire aux personnes ayant découvert le jeu sur mobile, ainsi qu’aux plus anciens. En effet, le jeu tape à fond dans la nostalgie et nous replonge dans une aventure vieille d’il y’a 25 ans. Un bon moyen de nous faire patienter pour la 8ème génération qui devrait arriver bientôt


ARTICLES SIMILAIRES


Partagez-moi


TAGS

Nintendo Nintendo Switch The Pokémon Company International

Julien Blunier