Catégories
Okja (2017)

Okja (2017)

Okja

Date de sortie: 28 juin 2017
Durée: 2 heures
Réalisateur: Bong Joon-ho
Acteurs: Ahn Seo-hyun, Jake Gyllenhaal, Tilda Swinton, Lily Collins, Steven Yeun, Paul Dano
Genre: conte fantastique
Nationalité: américano-sud-coréen


Synopsis:

Mija, petite Sud-Coréenne d’une dizaine d’années vit dans les montagnes avec son grand-père et une cochonne transgénique géante du nom d’Okja. Ce récit pittoresque et poétique, abrité par un décor de carte postale aurait tout d’idéal si Okja n’était en réalité la création et propriété d’une société américaine de production de viande à grande échelle.

Projeté et nommé pour la palme d’or au festival de cannes 2017, Okja est produit par et disponible sur Netflix depuis le 28 juin dernier. Sous ses airs de récit fantastique, ce film est en réalité un magnifique plaidoyer pour la cause animale. Bong Joon-ho, imagine un univers fictif à la fois poétique et réaliste qui nous permet de tracer un parallèle avec notre société de consommation et de prendre conscience de sa brutalité et de son absurdité. Servi par des comédiens brillants, un scénario propre et cohérent, des effets spéciaux de grande qualité et une direction artistique percutante, Okja est un film OVNI qui mélange les genres avec audace. La touche américaine, certes parfois trop prononcée, permet au réalisateur de s’adresser à un large public, n’en déplaise aux puristes du cinéma d’auteur. Il est vrai que la caricature est parfois poussée à l’extrême et le surjeu de Jake Gyllenhaal, notamment, n’est à mon sens pas légitime et dessert le propos. Réalisateur confirmé et encensé pour ses précédents longs-métrage, notamment Memories of Murder et The Host, Bong Joon-ho a pris le risque de s’aventurer dans un genre cinématographique qu’il n’avait abordé jusqu’ici, celui de la fable satirique.

Tour à tour qualifié de "feel good movie" ou de "satire bien lourde du capitalisme", il semblerait qu’une partie des critiques de cinéma soit passée à côté du message. Certaines personnes ont en effet plus de chemin à faire que d’autres pour se mettre au diapason de leur humanité. Pour ma part, ce film m’a mise en larmes et beaucoup remuée. C’est aussi cela la vocation du cinéma, faire évoluer les consciences.

En conclusion, je dirais qu’Okja est une petite perle qui réussit le pari de militer pour une cause actuelle et essentielle sans renier son statut de septième art.


ARTICLES SIMILAIRES


Partagez-moi


TAGS

film Netflix 2017 okja sud-coréen cause animale Bon Joon-ho

Prune Pasquet