Catégories
Dragon Quest Builders
4.4
Star Star Star Star Star-off
SCENARIO 4.5
DUREE DE VIE 5.0
GRAPHISMES 3.5
GAMEPLAY 5.0
BANDE SON 4.0

Dragon Quest Builders

Dragon Quest Builders

Informations techniques

Type RPG / Construction
Editeur Square Enix
Age/PEGI 7
Multijoueurs Non
Sortie 09 février 2018
Plate-forme Nintendo Switch, PlayStation 4, PlayStation Vita
Testé sur Nintendo Switch

Ce début d’année 2018 pour la Nintendo Switch est marquée par une série de portages de jeux japonais déjà sortis sur d’autres consoles (et des accessoires en carton ?). Dragon Quest Builders

Déjà disponible en Europe depuis plus d’un an sur Playstation 4 et Playstation Vita, le jeu sorti en plein automne, est passé un peu inaperçu à côté des grosses sorties de Noël et s’est vite transformé en régulier des soldes et autres promotions, en magasins comme sur le PSN. Régulièrement disponible sous la barre 30 CHF sur les 2 plateformes, Nintendo et Square Enix n’ont pourtant pas lâché l’affaire avec cette nouvelle version Switch, disponible à un prix plus doux que les nouvelles sorties habituelles. L’objectif étant sans aucun doute de rendre le jeu plus accessible à plus de joueurs pour préparer le terrain de sa suite, prévue pour la Switch et la PS4.

Un jeu fantastique adapté sur la Nintendo Switch


Commençons par quelques rappels pour ceux n’ayant pas connaissance du jeu sorti en 2016. Pour les autres, vous avez ma bénédiction pour passer au chapitre suivant.


Le jeu prend place quelques années à la suite du premier Dragon Quest sorti en 1989 il y a  presque trente ans. Sauf que dans cette version le méchant Lordragon a vaincu, l’obscurité s’est installée partout dans le monde et les humains ont perdu leur faculté à créer et construire, les menant petit à petit à la fin de la civilisation. C’est dans un monde gouverné par les monstres, que le jeu commence et où le héros va se réveiller pour commencer sa quête de Bâtisseur Légendaire et reconstruire le monde des humains. Le jeu aime nous rappeler que nous ne sommes pas un Elu comme dans tout bon Dragon Quest, et que notre rôle est tout à fait différent.


Vous allez donc très rapidement être amené à construire une maison, puis des objets pour la meubler et vous allez petit à petit devenir l’architecte de la reconstruction d’une ville entière. Au fil de votre aventure, des humains égarés viendront rejoindre votre ville et contribuer à son activité. Tout comme dans Minecraft, vous devrez améliorer votre équipement pour miner des nouveaux cubes de matériaux, qui vous permettront ensuite de construire toujours plus d’objets.


Le monde se divise en plusieurs îles, qui deviennent accessibles au fil du jeu grâce à des portails de téléportation. Comme vous vous en doutez, certains matériaux ne se trouvent que dans certains endroits. L’exploration est donc un moteur essentiel du jeu. Mais attention, à l’inverse d’un Minecraft, celle-ci est guidée par la quête principale et le monde ne se dévoile que si vous résolvez les quêtes qui vous sont données. Le jeu est d’ailleurs très bon à donner l’illusion d’un RPG classique, avec un véritable sentiment de montée en puissance, autant dans les aptitudes que dans les ambitions de l’histoire. Dragon Quest Builders est un jeu très original malgré ses airs de « clone de Minecraft», qui se paie même le luxe de quelques « twists » scénaristiques qui vous amèneront à changer d’objectifs et d’ennemis au fil de la partie. Si bien qu’il vous faudra une quarantaine d’heures pour le terminer.


Voilà tout ce qu’il faut savoir sur le jeu en lui-même. Un jeu très intelligent dans sa conception, qui parle aux plus jeunes, comme aux plus vieux et qui a très bien su jouer du concept « addictif » de Minecraft. On se retrouve souvent à enchaîner des heures de jeu sans se rendre compte que le temps est passé.

Parfois on s'emballe un peu et on se retrouve quelques heures plus tard avec une ville magnifique

Un portage fainéant


Posons donc la vraie question qui est sur toutes les lèvres : que vaut cette version Switch de Dragon Quest Builders ?


Vous aurez remarqué que contrairement aux rééditions les plus fréquentes, le jeu ne porte pas de sous-titre à la « Ultimate Edition ». Et pour cause, il est quasi exactement identique aux versions PS4 et Vita (à l’exception d’un objet exclusif), sa véritable force réside en fait dans la fonction hybride de la console, dont on ne lasse toujours pas.


D’un point de vue technique, il n’y a aucun doute sur le fait que la version Switch est la meilleure version portable du jeu, avec un framerate qui résiste à presque toutes les épreuves dans les deux modes de jeu. Si votre objectif est de jouer en nomade, vous allez vous régaler, tant le jeu se prête à merveille à des sessions de toute durée.


Pour la partie visuelle, c’est une autre paire de manche. Le jeu est très simpliste dans ses graphismes, c’était vrai pour la version PS4 et c’est toujours vrai ici, mais dans une résolution inférieure et avec quelques détails en moins notamment dans les textures du jeu. Si bien qu’on ne peut s’empêcher une petite déception quand le jeu tourne sur la télévision.


Les défauts du jeu initial sont malheureusement toujours présents, à savoir une caméra un peu capricieuse dès que l’on passe dans des zones en intérieur (le pire étant sans aucun doute quand on creuse un tunnel), l'absence d'un mode multi-joueur et un relatif manque de variété d’objets à créer. La musique est quant à elle toujours aussi entêtante et répétitive, mais on n’attendait pas vraiment d’améliorations de ce côté.


De là à parler d’un portage fainéant, il n’y a qu’un pas que nous allons franchir sans hésitation. En plus d’un an, on aurait pu s’attendre à plus d’améliorations.


Faut-il l'acheter? Certainement.


Ne boudons pas notre plaisir.Dragon Quest Builders est un jeu original, intéressant, généreux et bien pensé sous tous ses aspects. A l’exception des quelques défauts mentionnés ci-dessus, c’est un bonheur de parcourir son monde et de reconstruire la civilisation des hommes. Et le simple fait que le jeu va disposer d’une seconde chance, pour atteindre un nouveau public chez Nintendo, est une vraie bonne nouvelle.


Cependant on reste un peu sur sa faim, surtout quand on a déjà fait le jeu sur les consoles Playstation. Si vous êtes dans ce cas, vous n’avez aucune raison de repasser à la caisse, à part le plaisir (et je vous comprendrais vraiment) de refaire le jeu sur une autre console.
Si par contre vous n’avez jamais tenté l’aventure Dragon Quest Builders et que vous ne pouvez pas vous procurer le jeu ailleurs, vous pouvez foncer tête baissée. Ce jeu mérite votre attention de toute urgence. Et pour ceux qui voudraient un dernier argument pour se décider, une démo est disponible sur l’eshop pour vous faire votre propre opinion.


A très bientôt pour d’autres tests sur Vojood Media !


ARTICLES SIMILAIRES


Partagez-moi


TAGS

Dragon Quest Nintendo switch

Julien Ringot