Catégories
BaselWord 2016 - Notre Sélection

BaselWord 2016 - Notre Sélection

Durant ce salon, nous avons pu observer trois types d’horloger. Ceux qui ont déjà une montre connectée, ceux qui réfléchissent encore à la pertinence d’en proposer une et ceux qui sont totalement contre. Nicolas Beau, directeur de la branche horlogère de Channel souligne que "Chaque montre que nous créons est très souvent la base d'une histoire que nous racontons" et qu’il n’a pas l’intention de se lancer dans ce créneau « sauf si un jour nous avons une histoire connectée à raconter. ».

Lors de la conférence de presse de Baselword, François Thiébaud, patron de Tissot insiste sur « On ne porte pas une montre connectée pour aller à un mariage ou à l'opéra », c’est pourquoi Tissot essai de marier la tradition suisse avec la connectivité comme présenté avec la Smart Touch ci-dessous. Bref, découvrons les trois montres que nous avons retenu :


1. Tissot Smart Touch

La filiale du groupe Swatch a présenté sa première montre connectée cette année, la Tissot Smart-Touch. Ce modèle est un dérivé de la T-Touch, plus précisément le modèle T-Touch Expert Solar. D’ailleurs, la firme du Locle présente ce modèle comme une montre dont les fonctions peut être augmentées par la connexion avec un smartphone. Grâce à l’application, il est possible de gérer plusieurs fuseaux horaires et instantanément faire le changement sur la montre. Grâce à son GPS intégré, elle devient un vrai assistant de navigation.

Lorsque vous avez programmé votre itinéraire, les aiguilles indiquent quand il faut tourner à droite ou à gauche et elle sonne lorsque vous êtes arrivé. Elle permet aussi d’enregistrer ses déplacements, d’indiquer la météo, l’humidité de l’air et la batterie se recharge grâce à l’énergie solaire. Les tarifs n’ont pas encore été indiqués mais elle sera à croire dans les alentours des 1’000 francs. La vidéo de présentation est disponible sur Youtube, sous le titre « Tissot Smart Touch 2016 ».


2. Bulgari Diagono Magn@sium

Bulgari, MasterCard et le spécialiste genevois de la cybersécurité WISeKey ont annoncé leur partenariat pour proposer d’ici la fin de l’année, la première montre intelligente mécanique de luxe permettant de faire des paiements sans contact. D’après Bulgari, la Diagono Magnesium pourra être utilisée dans plus de quatre millions de commerces dans 74 pays et dans deux ans ça sera quinze millions.

La puce NFC qui permettra de payer sans contact jusqu’à 40 francs librement et avec l’insertion d’un code pin pour des sommes supérieures, est placée dans la lunette de la montre. Elle pourra aussi ouvrir des coffres-forts et dans un avenir proche, des portes. La montre devrait être commercialisée d’ici la fin de l’année au prix conseillé de 5'000 francs.


3. Samsung Gear S2 par de GRISOGONO

Le joailler et horloger suisse a dessiné pour Samsung une édition limitée de luxe de la montre intelligente Gear S2 qui va en mettre plein la vue. Un boitier de 41 mm or rose serti de 56 diamants blancs (env. 1,2 carat) avec acier inoxydable noir traité DLC serti de 71 diamants noirs (env. 1,8 carat). Elle possède un écran Super AMOLED circulaire de 1.2 pouces, de 4Go mémoire interne, du WiFi, Bluetooth, NFC ainsi qu’un accéléromètre, gyroscope, fréquence cardiaque, capteur de lumière ambiante et baromètre. Elle sera disponible dès l’été 2016. Aucun prix n’a encore été communiqué mais il faudra probablement s’attendre à un prix à quatre voir cinq chiffres.


4. Mouvements connectés «Swiss made in Sion»

Plusieurs marques suisses se mettent à développer des montres connectées mais il reste tout de même primordial de préserver l’image du Swiss made. Certains comme TAG Heuer, associé à l’américain Intel pour la fabrication de son modèle Connected, ont décidé de rapatrier les chaînes de montage des microprocesseurs à La Chaux-de-Fonds, créant ainsi 30 à 40 emplois. Cependant, les horlogers peuvent aussi se tourner vers la société Soprod, appartenant au groupe Festina basé à Barcelone. Elle produit à Sion depuis 1990 des mouvements à quartz et depuis quelques années des « mouvements connectés », un bloc électronique doté de la technologie Bluetooth et de micromoteurs.


5. Une montre connectée pour faire quoi ?

C’est vrai, en fin de compte, ça sert à quoi d’avoir une smartwatch au poignet? Tout dépend des modèles, mais elles permettent toutes, et c’est leur rôle principal, de suivre et mesurer vos différentes activités, surtout liées au sport. Elles vous indiqueront le nombre de pas que vous avez effectué, la distance que vous avez parcourue, le trajet que vous avez réalisé pour celles qui possèdent un GPS, votre fréquence cardiaque, votre pression artérielle, le nombre de calories que vous avez perdu ou même une analyse de votre sommeil. Voilà pour la partie santé. Certaines d’entre elles permettent de répondre à des appels téléphoniques, d’écrire des messages, des e-mails, de consulter le calendrier, de lire de la musique, de voir son carnet d’adresses et cela sans sortir votre téléphone de votre poche. En gros, presque tout ce qu’on fait avec son smartphone mais avec un écran plus petit sur notre poignet.

ARTICLES SIMILAIRES


Partagez-moi


TAGS

bulgari montre connectée Baselword Tissot Smart-Touch Diagono Magnesium Samsung Gear S2

Wiam Firouzabadi