Catégories
#14 Le Film du Weekend • Le Garçon et la Bête

#14 Le Film du Weekend • Le Garçon et la Bête

Le Garçon et la Bête

Date de sortie: 13 janvier 2016
Durée: 118 min (1h58)
Réalisateur: MamoruHosoda
Acteurs: Koji Yakusho, Aoi Miyazaki, ShôtaSometani
Genre: Animation, Aventure
Nationalité: Japonais



Synopsis:

Shibuya, le monde des humains, et Jutengai, le monde des Bêtes... C'est l'histoire d'un garçon solitaire et d'une Bête seule, qui vivent chacun dans deux mondes séparés. Un jour, le garçon se perd dans le monde des Bêtes où il devient le disciple de la Bête Kumatetsu qui lui donne le nom de Kyuta. Cette rencontre fortuite est le début d'une aventure qui dépasse l'imaginaire


Moins connu que Hayao Myazaki, Mamoru Hosoda n'en reste pas moins un grand nom de l'animation japonaise. Après des chefs d'œuvres comme Summer Wars et Les Enfants Loups, le réalisateur revient avec un nouveau long-métrage, Le Garçon et la Bête.

Dés les première minutes, le film arrive à vous séduire de part son animation et des différents décors dépeints. Mamoru Hosoda montre un véritable sens du détail et une direction artistique magnifique et fluide, tout semble véritablement à sa place. Vous allez rapidement apprécier le héro, Kyuta ainsi que la bête Kumatetsu, les deux formant un duo amusant mais non moins attachant.


Pouvant rappelé certaine fables de Jean de La Fontaine, Le Garçon et la Bête est un véritable voyage initiatique, que ce soit pour Kyuta ou pour Kumatetsu, la bête voulant accéder au trône du Seigneur des bêtes et Kyuta tiraillé entre deux mondes, cherchant à savoir d’où est-ce qu'il vient et où est sa véritable place. Et c'est durant ce voyage que les deux personnages vont apprendre à "s'apprivoiser" à grands coups d'insultes, courses poursuites ou même tout simplement coups de poings, une dynamique touchante qui ne vous laissera pas indifférent.

Mamoru Hosoda illustre avec brio l'apprentissage, l'éducation et l'évolution d'un enfant atteignant l'âge adulte, mais pas seulement, il nous montre aussi subtilement, la fragilité des hommes. Mais même durant les moments sombres, le réalisateur arrivera à vous fasciner, grâce à l'harmonie des dessins, des couleurs, des mouvements et des décors. La noirceur et la violence, en deviendrait même, grâce à cette harmonie, poétique. Tout cela sublimer par la musique envoutante de Masakatsu Takagi.


Proche de la perfection avec son film Summer Wars, Mamoru Hosoda arrive avec ce nouveau film à repousser encore ses limites et à sublimer son art. Car oui nous pouvons parler d'art, traitant de sujets métaphysiques comme la religion, le bien et le mal ou encore la famille et tout cela dans un registre poétique et onirique.

Véritable conte de fée, Le Garçon et la Bête, arrivera à vous envouter que vous soyez enfant, adolescent, ou adulte, et vous fera lâcher à tous une petite larme.


ARTICLES SIMILAIRES


Partagez-moi


TAGS

cinema Japon animation japon MamoruHosoda weekend

Franklin Urfer