Catégories
#10 Le bouquin du weekend • Un Hosanna sans fin

#10 Le bouquin du weekend • Un Hosanna sans fin


                Académicien, directeur général du Figaro, illustre écrivain, chevalier de la Légion d’honneur… il y a beaucoup à écrire sur Jean d’Ormesson. Sa vie est digne d’un roman, ses écrits de l’Académie française (comme en témoigne La Gloire de l’Empire qui lui valut le grand prix du roman de l’Académie française en 1971). Et qui mieux que Jean d’O, à l’orée de la mort, pour écrire sur la vie, sa fin ainsi que son évolution ? Sa fille Héloïse précise d’amblée : Mon père confia la fin d’Un Hosanna sans fin à la jeune femme qui tapait son texte. Sa mort lui interdira de relire les derniers feuillets, comme il avait coutume de le faire.  

                Ce livre commence par une entrée en matière directe et sans concession (Grâce à Dieu, je vais mourir. Comme vous. Avant vous sans doute…) et est constitué de chapitre d’une page ou deux, grand maximum. Néanmoins, sa construction est bien futile, eu égard à la consistance de son contenu. Ce livre est aussi une balade, du moins de mon point de vue. On s’imagine aisément marcher à ses côtés, sur un chemin en terre, tout en l’écoutant parler. Et soudain, au détour d’un paragraphe, une phrase magnifique vient nous illuminer. Je n’irai pas juste à la comparer à l’Eurêka d’Archimède, mais vous avez compris l’idée… Je suis aussi, à titre personnel, ébloui par l’érudition de cet homme, dont on découvre la profondeur d’esprit au fil des pages.  

                Un Hosanna sans fin confirme, une fois de plus, que les lettres de noblesse, acquises par son auteur de son vivant, sont justifiées.

   

Extraits choisis :  

"Opposés sur bien des points, chrétiens et musulmans partagent une même conviction : meilleure et plus belle, il y a une autre réalité que celle où nous vivons."  

"Ce qu’il y a de plus frappant dans l’affaire, c’est que, sur ce seul point, personne n’en sait plus que les autres. Imbéciles et génies, puissants et déshérités, savants et ignorants sont enfermés dans une même impasse."  

"Qu’il s’agisse de l’histoire et de la structure de l’univers ou du fonctionnement du corps humain, un enfant de sept ans en sait plus aujourd’hui que Platon ou Aristote, que Spinoza, que Hegel."


ARTICLES SIMILAIRES


Partagez-moi


TAGS

Jean d'ormesson littérature

Than Urb