Catégories
#04 Chronique houblonnée • Les Lagers

#04 Chronique houblonnée • Les Lagers

Si vous êtes un buveur de bière classique, vous différenciez peut-être les bières par leur couleur, mais je vous arrête tout de suite, la couleur d’une bière ne vous donnera aucune indication mis à part la variété de malt qui a été utilisée. En effet l’appellation de la bière par les couleurs ne donne aucune indication sur les arômes, les saveurs, l’histoire ou encore l’origine du produit, nous pouvons très bien avoir trois verres de bière blonde avec un éventail de couleur identique, mais avec une gueuse très acide, une double IPA très amère et une bière d’abbaye un peu sucrée. Mais alors, comment différencier les bières entre elles ? Nous pouvons déjà revenir sur trois catégories principales les Ales, les Lagers et les Lambiques.

Des types de bières qui sont définis non pas par la couleur, les arômes, les saveurs, le houblon, ou encore le malt, mais par le type de levures utilisé. Ce sont ces mêmes levures qui vont amener les autres effets tels que l’arôme ou encore le goût, mais qui ces micro-organismes s’occupent aussi de la fermentation, en transformant les sucres en alcool, mais aussi en CO2. Nous pouvons relever trois types de levures, les hautes, les basses et les sauvages et qui donnent dans le même ordre les Ales, les Lagers et les lambiques.


Revenons tout d’abord sur les Lagers, des bières relativement récentes dans le monde brassicole. Apparues aux alentours du 15ème, 16ème siècle en Bavière et s’étendront par la suite dans le reste de l’Europe et même le monde. Vous connaissez tous des Lagers mondialement connues comme Carlsberg, Budweiser ou encore Heineken. La levure utilisée pour la confection de ce type de bière est la Saccharomyces pastorianus, a été pour la première fois décrite par le mycologiste Emil Christian Hansen, en 1904, pendant qu’il travaillait pour la célèbre brasserie danoise Carlsberg.

Voilà pour le côté historique, nous avons donc dit que l’on utilisait des levures basses pour produire des Lagers, mais concrètement qu’est que cela signifie ? Et bien l’explication est quadruple, les levures basses font mieux leur travail à des températures basses (8-14 C°), deuxièmement après leur travail effectué elles ont tendance à couler au fond de la cuve, ensuite les bières à fermentation basse ont une teneur en alcool plus basse que la moyenne (+/- 5°) et pour terminer elles se servent généralement à des températures un peu plus basses que la moyenne (6-10 C°) .


Si vous en avez tous déjà bu, ce n’est pas pour rien, il s’agit du type de bière le plus répandu au monde. On y trouve les Pils, appelé aussi Pilsner, les différentes variétés de Bocks allemandes, emblématiques de la Bavière, mais aussi la majorité des bières américaines, canadiennes ainsi que les bières blanches.

Mais à quoi pouvez-vous vous attendre en buvant une Lager ? Et bien comme je le disais un peu plus haut les Lagers se servent fraîches, la plupart du temps dans des grands verres étroits (avec ou sans pied), qui servent à concentrer les arômes vers le haut. Leur robe est toujours blonde ou blanche, avec un goût plus neutre et une amertume prononcée due au houblon, elles sont aussi plus légères et plus mousseuses que les Ales. Cependant, vous pourrez des différences significatives selon l’origine comme tchèque, allemande, danoise ou américaine.

 

Nous reviendrons dans de prochaines chroniques sur les Ales ainsi que sur les Lambiques, et comme le dit si bien Jivay de la chaîne "Une bière et Jivay", même si la bière c’est bon il faut en abuser avec modération. 


ARTICLES SIMILAIRES


Partagez-moi


TAGS

chronique houblonnée Lager beer biere

Franklin Urfer