Prey

par Franklin Urfer 0

4.2

Graphismes
4
80%
Bande sonore
4
80%
Durée de jeu
4
80%
Gameplay
4.5
90%
Scénario
4.5
90%

Prey

Type: FPS
Sortie: 5 mai 2017
Editeur/Développeur: Bethesda Softworks/Arkane Studios
Plateforme: Playstation 4, Xbox One, Microsoft Windows
Age/PEGI: 18+
Testé sur: Playstation 4


Sortie en 2006, Prey est un jeu de tir à la première personne (FPS) développé par Human Head Studios, un jeu qui à l'époque avait déjà une ambiance bien glauque. Le rapport avec la version de 2017? Et bien il s'agit d'un reboot de la licence, ne gardant de l'original que le nom. Le studio français, Arkane Studios, c'est imposé comme un des grands noms dans l'univers vidéo-ludique, en grande partie grâce au jeu Dishonored. Une licence acclamée mondialement que ce soit par les joueurs ou la presse. Lorsque Bethesda annonce à l'E3 2016 le projet de relancer la licence avec comme développeur Arkane Studios, nous ne pouvions nous attendre qu'à un jeu de grande qualité.

Pour vous placer dans l'univers de Prey, l'histoire se déroule dans une uchronie, une uchronie est un genre qui repose sur le principe de la réécriture de l'Histoire à partir de la modification d'un événement du passé. Ici pas de steampunk ou de Nazis au pouvoir, John Fitzgerald n'a pas été assassiné à Dallas en 1963. Décidant de coopérer avec la Russie, le président américain crée un programme scientifique dans le but de modifier un satellite russe pour en faire un centre de recherche, spécialisé dans l'étude des extraterrestres. En 2032, sur ladite station spatiale, Talos I, vous incarnez le personnage de Morgan Yu, devant faire face à une invasion extraterrestre.


Etes-vous prêt à fuir ?

Si l'univers peut paraître particulièrement intéressant, de part une uchronie qui sort de l'ordinaire, il en est de même pour le reste du jeu. Mais attention dans cette station spatiale gigantesque, envahie par les Mimics, créatures pouvant copier n'importe quel objet du quotidien et qui se feront un plaisir de vous attaquer lorsque vous ne serez pas attentif, vous n'êtes rien d'autre qu'une proie. Et après les 20 heures, vous serez soulagé d'avoir fini le jeu, tant ce fut éprouvant, mais attention dans le bon sens du terme.

Le jeu vous met réellement dans la peau d'un pauvre scientifique, qui va devoir se défendre tout en rationnant ces munitions et matériels. Et c'est tous ces éléments qui font de Prey, un Survival de qualité, un peu comme Dead Space ou encore Alien Isolation. Et je peux vous dire que vous allez être content de trouver une arme vous permettant de vous défendre.


C'est beau Talos !

Et si un Survival peut avoir une ambiance angoissante, c'est aussi bien sûr grâce aux décors. Et la plateforme Talos 1 est gigantesque, le jeu est d'une vraie cohérence dans ces décors, zones pour se cacher, obstacles à déplacer. Mêlant l'univers graphique de Dishonored avec celui de jeu comme Bioshock en particulier BioShock Infinite. Et cette station spatiale bien que majestueuse deviendra quand même un lieu de tension où vous devrez faire attention à chaque recoin et chaque objet.

Le jeu fait preuve d'une réelle ingéniosité, comme par exemple le canon à Glue qui vous permettra de créer des chemins, bloquer des créatures et des obstacles. Vous pourrez aussi recycler des cubes organiques, synthétiques, minéraux... pour ainsi créer de nouveaux appareils ou objets comme des munitions, du soin et bien d'autres.


En conclusion

Avec Prey, Arkane Studios nous montrent comme ils l'avaient déjà fait avec Dishonored 1 et 2, qu'ils font partis des grands de la scène vidéo-ludiques. Même s'il n'est pas exempt de tout défauts, Prey n'en reste pas moins un survival horrifique d'une qualité rare. Le jeu est beau, anxiogène et le joueur trouvera un savant mélange entre survival, horreur, science-fiction et uchronie (oui j'adore les uchronies). Alors si vous avez aimé Dishonored, BioShock ou encore Alien Isolation, n'hésitez pas un instant.

Commentaires

Laisser un commentaire

Pour publier un commentaire, vous devez vous connecter.